Tchiki boum

Boum intergénérationnelle avec clowne

Performance / Déambulation / Musique

0 - 120  ans

Equipe

De et avec : Sonia Franco

Metteure en scène : Sabine Viarouge de la Cie Atout Clowns

 

Résumé

Une boum est organisée.

Le DJ n’arrive pas.
Tulipe qui est arrivée en avance pour remplir son carnet de bal, prend les choses en main.

Tulipe la clowne

J’ai mis mes plus belles chaussures, mes plus belles chaussettes, ma plus belle culotte, ma plus belle robe qui brille et ma plus belle couleur pour cet événement.

Je me sens belle. Je suis belle. Je suis prête. J’espère qu’on me regardera ! C’est sûr on me regardera. On ne peut pas louper une beauté comme moi. D’ailleurs j’aurais tort de ne pas me montrer ! Et ils auraient tort de ne pas regarder !

Je suis venue danser. J’espère qu’on va m’inviter. Je n’aime pas être seule.

Puis sinon, c’est pas grave, j’irai les inviter. Ils sont peut-être timides.

Je pourrai me faire des nouvelles copines. On dansera et on tapera des pieds très fort. On ressemblera à des éléphantes. On se marchera sur les pieds. On chantera à l’unisson très fort et on deviendra les meilleures amies pour la vie.

Je pourrai avoir des supers partenaires de danses. Ils me feront voler en l’air youpla, me porteront au dessus de leur tête ho hisse, me feront glisser swip swoup.

Je trouverai peut-être un amoureux. J’aurai un coup de foudre. Mon cœur fera boum. Je danserai un slow avec lui. Peut-être même deux slows. Pourvu qu’il y ait plusieurs slows.

Il prendra ma main dans la sienne, me regardera dans les yeux, mes joues vont rougir et je vais fondre et je vais devenir une flaque.

Enfin, je l’espère.

 

Allez j’y vais, on m’attend.

Note d’intention

 Je suis témoin de ce que peut procurer l’écoute d’un tube.

Un tube ? Un hit - un morceau - une chanson – finalement la musique.

 

J’ai vu des yeux émus, remplis de larmes, parce que le corps retrouvait sa liberté après plus d’un an sans avoir dansé un slow.

J’ai entendu chanter un refrain tellement fort et avec puissance que j’en étais bouche bée.

J’ai vu des corps en transe, à se déhancher si fort qu’il fallait s’écarter.

J’ai vu des parents porter leur enfant pour les faire danser sur leur chanson préférée.

J’ai vu des rondes se créer entre petits et grands, et tourner jusqu’à en avoir le tournis.

J’ai vu des enfants de crèche, de maternelle et d’élémentaire copier les mouvements des adultes sur la Macarena.

J’ai vu un groupe, enfant et adulte, faire la chenille.

J’ai vu des enfants faire les kangourous sur Ça c’est vraiment toi de Téléphone, les mouettes sur Fais comme l’oiseau de Michel Fugain, l’écrevisse sur Billie Jean de Michael Jackson.

 

Voilà pourquoi je voulais faire cette boum : je remarque que dès que l’on met un tube, une lueur pétille dans l’œil de l’enfant. Et pas que ! Dans celui de l’adulte aussi.

 

Je pense aussi à ma grand mère, qui, en écoutant du rock’n’roll, s’est levée, m’a pris les mains et m’a fait danser le rock qu’elle dansait plus jeune avec ses ami.e.s au club med.

Je pense à un oncle qui m’a fait danser le madison au mariage d’une cousine.

 

J’observe les parents porter leur bébé et les faire danser.

J’observe d’autres parents mettre les pieds de leur enfant sur leur pied d’adulte pour danser.

 

J’ai vu des jeunes enfants costumés et maquillés pour danser le flamenco.

 

J’ai rencontré des petits, fans de Mickael Jackson ou fans de Claude François alors qu’ils ne savent même pas encore lire et écrire.

 

J’ai vu une vidéo d’une ancienne danseuse classique atteinte d’Alzheimer qui se met à refaire Le lac des cygnes dès qu’elle l’entend. J’ai pleuré.

 

J’aime voir et me nourrir de ces émotions fortes et heureusement positives que fait un tube dans les oreilles et le corps.

 

La musique c’est intime, familial et social.

Je suis touchée par ce que j’écoute et je le transmets à mes proches.

Je veux transmettre aux nouvelles générations tous ces bons souvenirs.

 

Sonia Franco

P1150015.jpg